Partagez | 
 

 Alister McGregor, l'art de jouer avec la vie.

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
En Ligne
Hors Ligne
Messages : 9

MessageSujet: Alister McGregor, l'art de jouer avec la vie.    Mer 6 Juin - 0:36

➳ Prénom Nom
PSEUDO/PRÉNOM : Baraek ÂGE : 27 ans ZONE GÉOGRAPHIQUE : Belgique COMMENT AS-TU DÉCOUVERT LE FORUM ? Grâce à Onir (Celia Vidal) FRÉQUENCE DE CONNEXION : variable avec mont ravail UN DERNIER MOT JEAN-PIERRE ? Mot. CRÉDITS : -   AVATAR :
Code:
Mads Mikkelsen ○ <a href="http://mydearedinburgh.forumactif.com/u11">Alister McGregor</a>
NOM : McGregor PRÉNOM(S) : Alister ÂGE : 54 ans DATE & LIEU DE NAISSANCE :18 novembre, Londres NATIONALITÉ/ORIGINES : Écossaise ÉTAT CIVIL : DivorcéORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle MÉTIERS/ÉTUDES : Retraité, ancien neurochirurgien GROUPE : Water
depuis quand vis-tu à édimbourg ? Depuis 21 ans, je suis revenu à Édimbourg à la fin de mes études pour rejoindre le Chalmers hospital, en tant que jeune neurochirurgien et assistant de celui jadis en place.Que représente l'application Letters pour toi ? Une jolie invention, mais vu l'état de mes mains, c'est une sombre ironie de l'envisager dans mon quotidien. J'ai toujours aimé écrire avant cela, avant cet accident, j'avais même l'habitude de dire en boutade que pour un docteur, j'avais une calligraphie impeccable ! Quelle image ton entourage a-t-il de toi ? De quelqu'un de doué, de fier et qui sait ce qu'il veut. Hélas, ils connaissent également mon caractère volage. Je pense que les mauvaises langues me diraient peut-être arrogant, mais je n'y vois que de la fierté : je suis fier de mon clan, fier de mes études et de  ce que j'ai accompli, mais je ne suis qu'un homme et oui, j'ai commis quelques erreurs.Ta vie t'apporte-t-elle satisfaction ces derniers temps ? Non. Je suis devenu un poids pour cette société, sans ma fille, celle que j'ai légitimée, je ne serai qu'un vieil homme dépendant d'une personne extérieur. J'ai honte de devoir tant demander. Pour le moment, je suis en revalidation, mais je ne suis pas idiot : ma carrière de neurochirurgien est terminée. Je vais devoir cravacher pour prouver que je suis digne d'être médecin ... Mais on verra, oui, je suis assez pessimiste en ce moment.
jolie phrase
Ainsi vous vous intéressé à ma vie ? Soit, installez-vous, cela me fait un peu de visite, je dois bien reconnaître que j'apprécie. Prenez un verre, je suis navré d'être dans l'incapacité de le faire pour vous ...

Je fais partie du clan McGregor et, évidemment, j'en suis fier. J'imagine que c'est la raison de votre venue, non ? Qu'importe... Mon père, Gordon, était lui aussi chirurgien, il a été étudié, comme moi à L'University of London. Il a réussi à décrocher un emploi directement en la capitale anglaise. J'ai suivi ses traces, mais j'ai fait le choix de revenir en Écosse. Rien de folichon jusque là, mais j'aimais pouvoir revenir auprès de mes racines, j'aimais ce charme plus pittoresque, moins pressé et impersonnel qu'on peut trouver à Londres.

Oh, je ne cracherai jamais sur Londres, j'y ai grandi et j'ai encore de vieux amis là-bas ! Lorsque je voyage, et cela m'arrivait souvent, j'avais souvent le loisir d'y faire une halte pour revoir mes parents et mes amis, néanmoins, je ne me vois plus quitter Édimbourg, encore moins maintenant ...

Lors de mes dernières années d'études, j'ai été passé quelques stages à la Katholieke Universiteit Leuven, en Belgique. Si ce n'était pas bien compliqué, je rencontré surtout une belle petite flamande, de six ans ma cadette. C'est presque sur un coup de tête que je l'ai mariée et ramenée au pays, à Édimbourg. C'était une manière de commencer quelques choses, de créer mon propre cocon familial : j'avais fini mes études, je quittais le domicile de mes parents et j'emménageai  avec ma femme. Parfait. Au bout de trois années communes, nous eûmes un fils, Camille.

Gagnant de l'influence de part ma position d'estimé docteur en neurochirurgie, j'étais toujours bien reçu aux Assemblées de Clans. Jusqu'au jour où une femme, dont j'avais jusqu'à oublier le nom est intervenue avec la petite Elizabeth. Âgée de cinq ans, il s'agissait de ... notre fille. Elle avait toutes les preuves, je ne pouvais nier.

Et oui, je peux vous l'avouer maintenant : j'ai été faible. J'ai toujours été faible, d'ailleurs, un rien de charme et mon appétit s'éveil. Mais lors de la première année de Camille, notre situation familiale était invivable. Ne prenez pas cela pour une excuse, c'est un simple constat : j'ai fauté et j'ai commis l'adultère, m'envoyant en l'air avec une magnifique petite stagiaire. Elle n'est restée que six mois dans mon service, je ne l'avais considérée que comme une sorte de déstressant ... Je n'imaginais pas qu'elle resurgirait.

Je n'avais jamais été autant humilié. En quelques minutes, j'avais tout perdu : mon couple solide, alors qu'il reposait sur une folie estudiantine. L'amour d'un fils,
mon foyer. Beaucoup trop. Évidemment, elle demanda le divorce. Afin de ne pas perdre complètement la face devant les clans, je décidai de céder ma maison à mon épouse et de reconnaître ma fille, qui grandirait avec moi.

Car oui, cette ancienne stagiaire a disparue de ma vie, je sais qu'elle est toujours en contact avec Elizabeth, mais elle ne passe jamais par moi. Les premiers mois, je dus composer avec une fille de cinq ans alors que je n'avais même pas vraiment élevé mon fils, ma femme s'en occupait. Au bout de quelques mois, ma femme décida d'annuler la demande de divorce. La raison ? Elle voulait que notre fils grandisse dans un couple le plus traditionnel possible.

Oh, je sais qu'elle n'a jamais vraiment accepté Elizabeth et cela s'est transmit à Camille qui n'a que peu de bons sentiments pour sa demi-sœur. Repris par le boulot, je ne pus accorder assez de temps à n'importe lequel des trois.

Je comprend ma femme, mais il est vrai que notre couple n'a jamais su vraiment reprendre, dès que j'étais avec une femme, elle s'imaginait que je lui faisais des choses. D'autant plus que je suis véritablement ... charmant avec la gente féminine.

Il y a trois ans, nous avons décidés de divorcer, c'était notre façon à nous de fêter les dix-huit ans de notre fils : il n'avait plus besoin de grandir avec le spectre de ce couple en bois. Considérant que j'étais responsable et comme je l'avais promis lors de l'assemblée, je quittai le domicile conjugale pour un appartement luxueux près de l’hôpital. Sauf que ce luxe ... N'est plus trop fonctionnel pour ma situation.

Car délivré de mes liens de mariage, je n'ai pas hésité à séduire et à consommer le fruit de ces conquêtes. Sauf que j'ai ... abusé de ces plaisirs. Un bon soir, complètement fatigué - j'avais travaillé toute la journée puis j'avais joyeusement tenu compagnie à une dame jusque six heures - je me suis endormi au volant de ma jaguar. Je suis parti en tonneau et j'ai dû être hospitalisé. J'ai eu de la chance, je n'ai eu qu'une commotion et des dégâts importants au niveau des mains.

Car oui, si mes mains semblent propres, il faut savoir qu'elles ont été partiellement amputés et que certains de mes doigts sont fictifs et que les autres sont simplement trop endoloris pour que je m'en serve. Avec six doigts restant, je ne pourrai jamais plus pratiqué ... Voilà ce à quoi j'en suis réduit. Alors ... Pensez-vous encore qu'il soit idéal d'ajouter mon nom dans la biographie du clan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
En Ligne
Hors Ligne
Messages : 50

MessageSujet: Re: Alister McGregor, l'art de jouer avec la vie.    Mer 6 Juin - 10:00

➳ Félicitations !

tu es validé•e !

Salut et bienvenue ! Je suis vraiment contente que ce prédéfini t'ait tenté, parce que la fiche était très chouette à lire. J'ai hâte de te voir jouer et je viendrai te demander un lien très vite Cute
Ton pseudo est désormais aux couleurs du groupe auquel tu appartiens, ce qui veut dire que tu peux venir jouer avec nous. Tu as également accès au groupe de flood des chatons pipous, n'hésite pas à aller discuter par là-bas, tu seras accueilli(e) avec grand plaisir !
N'oublie pas de venir faire recenser ton métier, ton éventuel multicompte ainsi que ton habitation. Sans plus attendre, n'hésite pas à te créer une fiche de liens et aller voir celles des autres afin de tisser des liens avec les autres personnages. Tu peux également te créer un téléphone portable ainsi qu'un profil sur Letters.
Si tu as une absence ou une baisse de régime prévue, passe nous prévenir. Grâce à ton activité sur le forum, tu vas gagner des points qui te serviront à acheter des avantages. Certains de ces points te seront attribués automatiquement, mais pour les autres, il faut demander, nous te conseillons donc de venir les réclamer sur le topic adéquat.
Enfin, si tu veux venir discuter et t'amuser, outre la chatbox, il y a également un flood à ta disposition. Amuse-toi bien sur MDE !
PS : au cas où tu te sentirais un peu perdu(e), voici un listing avec liens intégrés des topics importants du forum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Alister McGregor, l'art de jouer avec la vie.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
» A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.
» Ca t'amuse de jouer avec ma vie ? {PV Eros}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Dear Edinburgh :: loading... :: where all begins :: everything's ok!-
Sauter vers: