Partagez | 
 

 Celia Vidal

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
En Ligne
Hors Ligne
Messages : 31

MessageSujet: Celia Vidal    Dim 13 Mai - 21:04

➳ Celia Vidal
PSEUDO/PRÉNOM : Onir Ynao ÂGE : 26 ans ZONE GÉOGRAPHIQUE : France COMMENT AS-TU DÉCOUVERT LE FORUM ? Par sa superbe créatriceFRÉQUENCE DE CONNEXION : Je ne sais pas encore, on va dire 2/7 UN DERNIER MOT JEAN-PIERRE ? Very Happy CRÉDITS : avengedinchainsAVATAR : Alia Shawkat
Code:
prénom nom avatar ○ <a href="LIEN DU PROFIL"> Alia Shawkat</a>
NOM : Vidal, tyiquement espagnol et indicateur de ses origines PRÉNOM(S) : Celia,  comme le ciel ÂGE : 26 ans DATE & LIEU DE NAISSANCE : 23 juillet 1991 à Barcelone  NATIONALITÉ/ORIGINES : espagnole, Celia est venue d’Espagne pour faire son Doctorat en linguistique anglaise ÉTAT CIVIL : divorcée ORIENTATION SEXUELLE : Bi/pansexuelle et polyamoureuse (oui c'est un peu plus que l'orientation sexuelle) MÉTIERS/ÉTUDES : doctorante en linguistique anglaise. Avec sa bourse, elle a un salaire, néanmoins, elle donne également des cours aux étudiants de l’université en espagnol afin d’avoir un peu plus d’argent GROUPE : air
depuis quand vis-tu à édimbourg ? Cela fait trois ans que Celia est arrivée pour son Doctorat à Édimbourg.  Que représente l'application Letters pour toi ? Pour Celia, c’est un bon moyen de faire des rencontres en tout genre. Elle aime beaucoup y discuter et améliorer son anglais un peu plus. Car c’est une chose de l’étudier mais s’en est une autre de le parler au quotidien. Quelle image ton entourage a-t-il de toi ? Celia vient d’une famille d’éducation catholique. Enfin, à première vue. Quand on y regarde bien, sa mère, Adriana, est très catholique et le reste la laisse faire pour avoir un peu de paix d’esprit.
Du coup, il va s’en dire que sa mère n’apprécie pas particulièrement que sa fille ne soit pas dans la norme et ait choisi un mode de vie différent de celui qu’elle voulait pour elle. Mais cette dernière se trouvant toujours à Barcelone, elle n’a que très peu de contact avec.
Sa relation avec son père, Dario, est plus agréable, quand elle peut le voir ou l’appeler. Mais, comme le reste de sa famille, il vit toujours à Barcelone, rendant le tout compliqué.
Elle a deux sœurs : Alba, 22 ans mariée et enceinte de son premier enfant, et Carmen, 20 ans. Elle a dû mal à s’entendre avec la cadette qui a choisi de suivre la voie tracée par sa mère. Alba considère qu’on ne peut pas vivre le polyamour et que c’est malsain quand on a pour but de fonder une famille. Elle est d’ailleurs prête à mettre son talent artistique de côté pour devenir une femme au foyer. Mais Carmen et elles se serrent les coudes, probablement parce que Carmen est lesbienne et a tout autant droit qu’elle aux foudres de sa mère.
Pour ce qui est de ses connaissances sur Édimbourg, elle apparaît souvent confiante et sûre de ses choix. Elle laisse assez peu de gens lui dire quoi faire et la diriger.
Cependant, ses amis proches, comme Tao Leng, savent trouver les bons arguments pour aller contre sa mauvaise tête.
Ta vie t'apporte-t-elle satisfaction ces derniers temps ? Ayant signé les papiers de son divorce deux mois plus tôt, Celia n’est pas la femme la plus heureuse du monde. Néanmoins, la décision fut conjointe et le divorce à l’amiable. Elle doit donc apprendre à vivre sans l’homme qui a partagé sa vie pendant cinq ans.
« Those who know nothing of foreign languages know nothing of their own. »

HISTOIRE

Celia est originaire de Barcelone. Elle y a grandi et fait la plupart de ses études. L’on pourrait dire que sa vie est tranquille, néanmoins, elle est parcourue de quelques jalons importants.


  • Phobie de l’obscurité

Aux alentours de ses huit ans, alors que ses parents étaient sortis dîner, Celia regardait un dessin-animé enregistré sur une cassette avec ses sœurs. Arrivée à la fin, la cassette a enchaîné sur l’enregistrement suivant qui se trouvait être un film d’horreur. Les filles se sont retrouvées piégées devant, incapables de se saisir de la télécommande pour éteindre la télé. Si ses sœurs se sont cachées derrière elle et des coussins, Celia a tout vu. Même après la fin du film, elles sont restées immobiles devant l’écran plein de neige, sursautant aux moindres bruits, et ce jusqu’au retour de leurs parents. Depuis l’obscurité terrifie Celia qui s’imagine sans peine les monstres qui y règnent et sont prêts à la dévorer.
Les coupures de courant lui provoquent de vives angoisses et crises de panique. Elle a toujours une lampe de poche sur elle et des piles de rechanges. De plus, on trouve dans son appartement des stocks impressionnants de bougies. Inutile de préciser qu’elles ne servent pas vraiment pour des soirées romantiques.


  • Rivalités sororales

Les relations qui unissent deux sœurs sont toujours compliquées à définir et ne peuvent en aucun cas être généralisées. Celia aime Alba et Alba aime Celia. C’est un fait. Mais cela ne gomme pas tous les petits problèmes qui ont pu survenir durant leur enfance et adolescence.
Aînée âgée de quatre ans de plus que sa première sœur, Celia a toujours été placée face à une sorte de responsabilité : « fais attention, elle est petite, elle est fragile, tu commences à être grande ». Bien qu’elle n’en ait pas moins été aimée, tout à coup, elle perdit son statut d’enfant chérie et devait apprendre à partager ses parents avec cette nouvelle venue puis, deux ans plus tard, avec Carmen.
Étant la première, elle devait montrer l’exemple, être un modèle. Ses parents ont toujours attendue d’elle qu’elle ramène des bonnes notes tant pour elle que pour montrer à ses sœurs ce qui était bien et ce qui était mal. Elle s’est rapidement attachée, comme beaucoup d’enfants cherchant à plaire, à ce rôle et, au fil du temps, il s’est un peu déformé. Elle est devenue la confidente de Carmen qui ne comprenait pas son intérêt pour les femmes, elle a caché à ses parents qu’Alba séchait des cours de mathématiques. Elle jouait la seconde mère de la famille, plus tendre, plus ou-verte.
Mais tout ne fonctionne pas parfaitement car le monde n’est pas parfait. Si sa relation avec Carmen a rapidement trouvé un équilibre, une rivalité s’est instaurée entre Alba et elle. Celia ne saurait dire quand ça a commencé mais, un jour, Alba n’a pas voulu lui présenter son nouveau copain. Elles avaient 16 et 20 ans. Pleine d’incompréhension, Celia avait cherché à comprendre, s’énervant du manque de confiance de sa sœur. Elle eut des mots durs, cruels même. Alba s’est énervée. Les insultes ont fusé. Et puis, au milieu de toute cette colère, l’insécurité d’Alba est ressortie, mise à nu. Deux ans plus tôt, alors qu’elle était terriblement amoureuse d’un camarade de son club d’art qui avait trois ans de plus qu’elle, elle l’avait présenté à sa famille à l’occasion d’un concours organisé par la municipalité. Ce dernier avait posé les yeux sur Celia et était tombé sous son charme. Il avait cherché à la revoir, pressant Alba de l’aider dans son entreprise. La pauvre, amoureuse qu’elle était, n’avait pas eu le courage de dire non. Pire, elle avait dû supporter la vue de sa sœur embrassant l’homme qu’elle aimait. Non, il y avait encore pire : Celia avait quitté le garçon trois mois plus tard et ce dernier avait tenté de se rabattre sur Alba qu’il savait amoureuse.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Celia est tombée des nues en entendant cette histoire. Elle n’a jamais fait attention aux sentiments de sa sœur en matière d’amour, se disant qu’elle était encore jeune. Et là, elle découvre que sa sœur aime mais aussi qu’elle l’a blessée profondément à cause de ça. Toutes les excuses du monde sont loin d’être suffisantes, alors elle a fait la seule chose qu’elle pensait envisageable : elle s’est tenue éloignée des amours de sa sœur.
Malheureusement, le mal est fait.


  • Passion pour le théâtre

Pour son onzième anniversaire, le père de Celia l’a emmenée voir Lorrenzacio d’Alfred de Musset. Depuis, elle a conçu une véritable passion pour cet art et plus particulièrement pour le théâtre français. De 11 à 18 ans, elle a tout d’abord suivi des cours avant de rejoindre une troupe amateur qu’elle ne quittera qu’à son départ pour Édimbourg à 23 ans. Son doctorat lui coûte trop de temps et peut-être qu’elle finira par retrouver une troupe après sa soutenance.
Ne pouvant néanmoins se passer du théâtre, elle assiste à de nombreuses représentations, avec des amis et/ou des collègues. Bien sûr, cela se fait dans la limite de ses finances mais elle est prête à manger un peu plus de pâtes pour une représentation. Quand elle peut, elle aime aussi assister à des opéras et des ballets.


  • Découverte du polyamour

Il est toujours compliqué d’expérimenter ces choses-là. Comment savoir si l’on est sincèrement amoureuse de deux personnes, que ce n’est pas tromper et que c’est viable ?
Pendant des années, Celia s’est cru incapable d’être une bonne petite-amie ou compagne. Elle a tellement de fois éprouvé des sentiments pour des personnes différentes. Cela l’a d’ailleurs empêché d’avoir des relations très longues jusqu’à son mari. Finalement, ce fut l’une de ses amies, dans la troupe de théâtre qui, alors qu’elles parlaient de ses déboires amoureux, lui a fait découvrir le mot, lui permettant ensuite de faire des recherches et de le comprendre.
Elle a néanmoins choisi de mettre tout ceci de côté avec son mariage mais le redécouvre avec son divorce.


  • Mariage et divorce

Elle rencontre John Bexley vers la fin de sa licence. Grâce à l’un de ses professeurs, elle peut assis-ter à un congrès auquel il participe. Cela ne se fait pas, en temps normal, mais elle avait réussi à avoir une faveur. Ils resteront en contact dès lors, nourrissant peu à peu des sentiments l’un pour l’autre et se voyant à l’occasion des différents voyages de John en Espagne. John augmentera d’ailleurs ses interventions dans le pays durant cette période. Heureusement, pour eux, il n’a jamais été son professeur, permettant à leur relation d’éclore. En 2014, ils deviennent officiellement un couple, décidant de braver la distance et, en 2016, alors qu’elle arrive à Édimbourg pour son doctorat, John la demande en mariage. Quelques mois plus tard, il trouve un poste sur Édimbourg et les deux emménagent ensemble.
Malheureusement, fin 2017, on propose un poste à John sur la côte est, aux États-Unis. L’offre est vraiment très bonne mais Celia ne peut pas le suivre. Cela serait ruiné les efforts qu’elle a mis dans ses études. Si la distance entre l’Espagne et la Grande-Bretagne ne leur paraissait pas si extraordinaire, cette fois-ci, c’est un océan qui va les séparer. Après de longues discussions et réflexions, ils décident de se séparer pour pouvoir privilégier chacun leur passion pour la linguistique, espagnol pour l’un, anglaise pour l’autre.
Une fois les papiers du divorce rempli, en mars 2018, John s’est envolé pour sa nouvelle vie.


  • Flirt

Mars 2018, John vient de partir. Celia a alors un petit coup de mou, réalisant vraiment qu’elle est désormais célibataire. Une période de cinq ans vient de se terminer. Remarquant cela, Tao lui fait découvrir Letters. Oh bien sûr, elle avait entendu parler mais elle n’avait pas pris le temps de s’y inscrire avant. Elle y a rencontré, entre autre personne : Eanna. Après quelques échanges amicaux, elles décidèrent de se rencontrer, un mois plus tard, autour d’une de leur passion commune, dans un bar gaming.
Quelque chose semble s’être passé, elle n’est pas sûre de savoir quoi exactement. Mais il se pour-rait bien qu’il y ait plus que de l’amitié entre elles. Quelque chose de plus doux, du flirt, s’est mis en place entre elles. Qui sait où cela mènera ?


  • Sens de l’orientation défectueux

Celia ne se déplace jamais sans une carte d’Édimbourg. En effet, elle a un mal fou à se repérer dans la ville et on ne sait jamais quand le réseau va nous abandonner. Elle repère à l’avance tous les nouveaux trajets et les vérifier plusieurs fois pour être sûre de ne pas se tromper.
Malheureusement, parfois, ce n’est pas suffisant et elle perd un temps infini. Heureusement pour elle, ce désavantage est connu et on lui pardonne un peu. Et puis, sur les trajets dont elle a l’habitude, tout ce passe bien.


  • Tao Leng

Elle a rencontré Tao à son arrivée à Édimbourg. Il a fini son doctorat alors qu’elle était au milieu de sa première année.
Un jour, alors qu’elle errait dans les couloirs d’un des bâtiments de l’université, à la recherche de la salle d’une conférence à laquelle elle comptait assister, il l’a trouvé. Elle était au comble du désespoir. En effet, elle était partie avec presque une heure d’avance pour s’assurer de ne pas être en retard et, maintenant, la conférence commençait dans cinq minutes.
Heureusement, Tao l’avait reconnue et avait entendu parler de son sens de l’orientation légendaire. Il s’était approché et lui avait demandé où elle allait. Aussi bêtement que ça, ils avaient sympathisé et avait, au fil des trois années, noué des liens forts.
En tant que collègues, Celia avait hâte de pouvoir travailler sur des sujets communs. En tant qu’amis, elle était ravie de pouvoir partager de longues discussions et de le traîner au théâtre. Elle est de toute façon certaine qu’il fait semblant de ne pas être convaincu pour la voir insister.


  • La danse

Il n’est pas facile de s’intégrer lorsque l’on débarque dans un nouveau pays. Et, avant de se mettre à Letters, Celia avait du mal à discuter avec d’autres personnes que ses collègues et supérieurs. Aussi, pour essayer d’élargir son cercle de connaissance, elle a cherché une activité qui lui permet-trait de s’amuser et de faire des rencontres.
Une troupe ou un club de théâtre était hors de propos. Elle savait qu’elle s’investirait trop quitte à rogner sur son travail pour son doctorat. Il lui fallait quelque chose qui ne lui prendrait du temps qu’une fois par semaine.
C’est ainsi qu’elle a trouvé un cours de salsa qui se déroulait le vendredi soir, il avait lieu dans un club et était suivi de soirée danse latine. Elle a d’abord commencé par n’aller qu’au cours, puis, un soir, elle était restée. Puis un autre soir. Et encore un autre avant de finalement rester tous les vendredis soirs durant de longues heures après le cours.
Avec sa phobie, John venait toujours la chercher pour lui éviter d’avoir à faire le trajet seule dans le noir. Désormais, une amie de son cours accepte de la raccompagner, voire d’aller la chercher quand l’hiver et que les nuits sont courtes.


  • Une vie organisée

Si l’on regarde la vie de Celia, on constate rapidement qu’elle a ses habitudes. Elle les a pris afin de pouvoir travailler sa thèse tout en trouvant des occasions pour se détendre.
Vendredi, elle danse.
Samedi est réservé à des sorties.
Dimanche matin, elle va courir dans son quartier, histoire de rester en forme, et l’après-midi elle joue à des jeux-vidéos.
La semaine, elle évite de trop sortir bien qu’elle s’accorde de temps à autre d’aller boire un verre après le travail. Cela lui permet de se reposer vraiment de ses journées, travailler les cours qu’elle doit donner, écrire sa thèse mais aussi préparer d’éventuelles conférences où elle devra présenter l’état de son travail.

_________________
Crédit avatar : avengedinchains sur bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar
En Ligne
Hors Ligne

MessageSujet: Re: Celia Vidal    Mer 16 Mai - 10:27

Officiellement bienvenue à Edimbourg !
Pour moi tout est parfait, je te souhaite de bien t'amuser avec Célia !
Je ne te présente pas la maison, tu la connais ;)
Tu peux maintenant donner vie à ton personnage et n'hésite pas à renseigner les champs de ton profil  Vdance
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En Ligne
Hors Ligne
Messages : 31

MessageSujet: Re: Celia Vidal    Mer 16 Mai - 10:39

Héhé, je les avais renseigné sauf que j'ai dû cliquer sur réinitialiser au lieu d'enregistrer. Depuis j'ai flemmé. Je vais le faire du coup ;)

_________________
Crédit avatar : avengedinchains sur bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

En Ligne
Hors Ligne

MessageSujet: Re: Celia Vidal    

Revenir en haut Aller en bas
 
Celia Vidal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Celia
» Les techniques à débloquer.
» CELIA ♫ every story has an end. (underco')
» Flash Black - Celia Arrior & Cloé Bellavi - Allons prendre un thé!
» Yaya vs Modric vs Vidal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Dear Edinburgh :: loading... :: where all begins :: everything's ok!-
Sauter vers: