Partagez | 
 

 eanna • no alarms and no surprises

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
En Ligne
Hors Ligne
Messages : 50

MessageSujet: eanna • no alarms and no surprises   Lun 7 Mai - 13:42

➳ Eanna McLeod
PSEUDO/PRÉNOM : .nyx/Julie ÂGE : 20 ans ZONE GÉOGRAPHIQUE : Belgique COMMENT AS-TU DÉCOUVERT LE FORUM ? Oh bha moi vous savez j'en suis un peu la maman hein quand même FRÉQUENCE DE CONNEXION : Autant que possible on va dire x) UN DERNIER MOT JEAN-PIERRE ? Anathème. CRÉDITS : BABINE. AVATAR :
Code:
madelaine petsch ○ <a href="http://mydearedinburgh.forumactif.com/u2">eanna mcleod</a>
NOM : McLeod, un synonyme de puissance, d'ancienneté, d'une force inébranlable, porté par une fille si petite et si frêle que ça en deviendrait presque ridicule, et attendrissant tout à la fois. PRÉNOM(S) : Eanna, le petit oiseau chanteur qui fait les merveilles et le bonheur des siens dès que s'ouvre son bec. ÂGE : 24 ans, plus vraiment adolescente, pas encore tout à fait adulte, comme hissée sur un fil entre deux fossés qui voudraient irrévocablement l'aspirer d'un côté ou de l'autre. DATE & LIEU DE NAISSANCE : Un cinq novembre à Édimbourg, pendant l'une des plus terribles tempêtes que la capitale ait jamais connue, sur le parking de l'hôpital où son père avait réussi à conduire sa mère malgré le vent et la grêle. NATIONALITÉ/ORIGINES : Nationalité écossaise, née d'un père aussi Highlander qu'il est possible de l'être et d'une française qui s'était exilée de son pays par amour. ÉTAT CIVIL : Célibataire, peut-être définitivement détournée des relations sérieuses, elle papillonne à gauche, à droite, de draps froissés en douches coquines, sans jamais se fixer véritablement de crainte de se mettre à aimer. ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle, malgré des questionnements de plus en plus fréquents quand son regard s'attarde sur une femme plus longtemps qu'il ne l'aurait dû, quand elle ressent un frisson qui n'aurait rien dû faire là. MÉTIERS/ÉTUDES : Récemment diplômée de la School of Arts de Londres, chanteuse et harpiste, bénévole dans une association d'aide aux victimes de violences sexuelles et dans un refuge pour animaux, autrice bientôt publiée. GROUPE : air
depuis quand vis-tu à édimbourg ? Depuis que je suis toute petite. Enfin, je suis partie quelques mois en Australie pour décompresser - c'était vraiment génial - mais je suis de retour depuis environ six semaines. J'ai donc repris mes fonctions dans l'association et le refuge dans lesquels je m'investis depuis mes dix-huit ans, mais également dans le clan. Que représente l'application Letters pour toi ? On commençait à peine à vraiment parler de Letters quand je suis partie. Quand mes amis m'ont expliqué ce que c'était vraiment, j'ai regretté de ne pas me trouver en Écosse et de ne pas pouvoir me créer un compte. C'est d'ailleurs l'une des premières choses que j'ai faites quand je suis rentrée d'Australie. Depuis, je l'utilise au mois deux ou trois fois par semaine. J'ai quelques contacts avec lesquels j'échange par mail, mais je n'ai pas encore fait de rencontre. Quelle image ton entourage a-t-il de toi ? Je ne suis pas mon entourage, c'est donc difficile à déterminer. Je pense être assez appréciée dans ma famille, mais j'ai peu d'amis en-dehors. Et c'est sans doute bien comme ça. Je veux dire par là que j'ai du mal à faire confiance aux gens. La loyauté est une question d'honneur au sein d'un clan, les trahisons y sont moins fréquentes. Et puis... c'est tellement effrayant de laisser à autrui la possibilité de nous atteindre. Malgré ça, j'essaye d'être agréable, patiente et compréhensive avec tout le monde, même si certains jours, c'est vraiment difficile. Ta vie t'apporte-t-elle satisfaction ces derniers temps ? Eh bien, je suis de retour à Édimbourg. C'est déjà énorme pour mon bonheur, même si c'était génial d'être en Australie. L'histoire avec mon ex semble être plus ou moins derrière moi... quant à ce qu'il me reste comme stigmates, je m'en occupe avec ma psy. Et j'ai même rencontré ce gars sur Letters qui a une plume fantastique et des mots tendres, si tendres... J'espère qu'on se verra en vrai bientôt.
She walks in beauty, like the night
Of cloudless climes and starry skies;
Tout commence un soir d'orage, sous une grêle et un vent comme Édimbourg n'en a pas connu depuis des décennies d'après les anciens du clan. C'est par une telle nuit qu'Eanna, seule enfant de Lachlain et Rose McLeod, vint au monde. Dès ses premiers jours, elle fut entourée de tout l'amour que le clan McLeod avait à offrir, d'autant plus que sa mère ne pourrait plus jamais avoir d'enfant. Rose avait toujours été fragile, cette grossesse était un risque, mais ça valait le coup.
Très tôt, on a vu que quelque chose chez Eanna était différent. Quand les autres enfants raffolaient d'amusement, elle suppliait pour apprendre à lire, et dès que ce fut fait elle s'immergea dans des romans prétendument trop complexes pour son âge. Ses parents l'emmenèrent sur un pédopsychiatre, et le verdict tomba bien vite : THQI (très haut quotient intellectuel) et HP (haut potentiel). Plutôt que de tenter de la plier à ce qu'on attendait de la norme, ses parents et tout son clan en fait se sont mis en quatre pour qu'elle ne se sente ni rejetée, ni mise à l'écart, ni incomprise.
Ainsi a-t-elle grandi, s'épanouissant comme une rose écossaise, s'intéressant à tout un tas de domaine du théâtre à l'équitation en passant par la couture. Ses parents, comme tous les McLeod, étaient assez aisés pour lui permettre de suivre ses excentricités. C'est à huit ans qu'elle s'est découvert une première vraie passion : la musique. Et elle se montra incroyablement douée, aidée par une oreille absolue, allant d'instrument en instrument jusqu'à enfin trouver ceux qui la charmeraient le mieux : la harpe, et sa propre voix. Cela dit, elle ne s'est pas cloisonnée à ces deux instruments : elle joue également du piano, de la guitare et du violon, et songe sérieusement à se mettre au célesta.
Elle avait douze ans quand le premier drame la frappa. Sa mère revenait du travail et Eanna l’attendait, lisant un livre sur la petite causeuse qui lui était réservée dans le salon, un plaid aux couleurs de son clan sur les genoux. Elle attendait. Elle attendit pendant une heure, deux, trois, et comprit que quelque chose n’allait pas. Sa mère n’aurait jamais eu autant de retard sans prévenir. Elle comprit à quel point c’était grave quand un policier vint frapper à leur porte. D’habitude dans ce genre de cas on se contentait d’un coup de fil, froid, impersonnel, et plus facile pour les employés à qui il revenait de s’y plier, mais le nom McLeod était trop puissant, trop respecté, pour qu’on ne vienne pas les avertir en personne de la mort de Rosie McLeod dans un grand accident de voiture qui avait fait plus d’une vingtaine de victimes.
Pourquoi ? Pourquoi fallait-il que ce soit sa maman ? Cette question hantait Eanna, mais ce n'était rien face à la profondeur des blessures de son père Lachlain, à qui on avait arraché la moitié du coeur. Il n'avait tout simplement plus la force de résister à tous ces démons qui pavent le long chemin des hommes à travers la vie. Mais de démon, il n'en a eu qu'un, immense, débordant : l'alcool. Il a sombré dedans sans espoir de retour, si bien que l'oncle d'Eanna, Bruce, finit par prendre totalement en charge son éducation, l'invitant à vivre sous son propre toit avec son fils Arthur, de quelques années son aîné. À partir de là, les choses commencèrent à s'arranger, mais Eanna n'a jamais totalement oublié le vide laissé par la mort de sa mère ni l'abandon de son père.
À l'école, les choses étaient un peu compliquées, mais grâce à Arthur, l'un de ses cousins, elle ne s'est jamais vraiment sentie seule, sauf quand elle désirait l'être. Elle avait de bonnes notes sans efforts ; plutôt que d'en concevoir de l'arrogance, elle se servait de sa vive compréhension des choses pour aider les élèves de sa classe qui avaient le plus de difficultés. Elle adorait traîner à la bibliothèque, si bien qu'à l'adolescence elle s'est fait des amis des nerds et autres geeks dont c'était le refuge. Là elle a découvert le jeu de rôle papier et appris à devenir quelqu'un d'autre. Elle a aussi découvert qu'elle pouvait avoir des amis pour elle-même et non grâce à ses liens avec Arthur.
Vers quinze ans, Eanna a fait la rencontre d'un jeune homme charmant qui venait d'arriver dans son école, James. Elle est vite tombée amoureuse. Ce n'était pas la première fois, elle avait déjà eu quelques amourettes d'enfant, mais elle n'était plus une enfant cette fois. Voir James répondre à ses timides avances la ravit. Leur romance était idyllique, douce, exactement ce dont elle aurait pu rêver.
Puis tout vira au cauchemar. Elle manqua absolument tous les signes préalables, se persuadant que c'était elle qui avait un problème, que c'était sa faute si elle pleurait parfois, et en conséquence, elle dissimulait ses tourments à Bruce et Arthur, pourtant prêts à tout pour lui venir en aide. Elle avait construit une barrière entre elle-même et leur tendre présence, comme cela arrive si souvent aux victimes de violence psychologique.

TW VIOL, AGRESSION

Cette barrière vola en éclat le soir où, sous son propre toit, il la viola, profitant de l'absence de Bruce et Arthur qui voulaient leur laisser un peu d'intimité. C'était la première fois, sa première fois. Ce fut aussi la dernière, pour eux en tout cas. Le soir-même, elle avoua tout à Bruce, et ils passèrent la nuit au commissariat de garde à porter plainte. Plus tard, Eanna découvrirait la chance inouïe qu'elle avait eue de tomber sur une bonne policière, qui ne nia rien de son vécu et agit vraiment. James fut convoqué une première fois, qui ne suffit pas à le faire emprisonner. Ces procédures traînent toujours. Si celle-ci avait été plus rapide, Eanna n'aurait pas été agressée une seconde fois, son tourmenteur profitant cette fois qu'elle se retrouve seul dans un coin isolé. Il ne la viola pas cette fois-là, mais enfonça un tesson de bouteille dans son dos, traçant des lignes de feu sur toute sa surface, encore et encore, alors qu'elle avait perdu connaissance depuis longtemps. Elle serait morte si Arthur, inquiet, n'avait pas fait son chemin en sens inverse jusqu'à la trouver, gisant inconsciente sur le parking désert de la bibliothèque dans laquelle elle avait ses habitudes. Et cette fois cela suffit, cela suffit à le faire arrêter et à l'envoyer derrière les barreaux pour vingt ans, tous chefs d'accusation confondus. Une victoire enfin, décrochée de haute lutte, avec tout l'argent et tous les avocats des McLeod impliqués dans la bataille, ainsi que l'appui du maire, un McGregor déjà à l'époque. Oui, elle gagna, mais aurait-ce été possible sans toute la puissance du clan ? Cette pensée horrifiait Eanna.

FIN TW

Elle finit par se remettre, ou au moins avancer sur cette voie. Cela passa entre autres par le fait de prendre énormément de temps pour elle afin de se réapproprier son corps. L'apothéose de cette étape fut le moment où Arthur, qui avait étudié le tatouage sur cicatrices, créa une pièce absolument magnifique sur tout son dos. Elle passa bon nombre de séances en larmes, non à cause de la douleur qu'elle endurait bravement, mais à cause de la vulnérabilité d'être à nouveau dans cette position. Mais elle réussit, elle surmonta ce démon.
Une autre étape fut d'apprendre à faire l'amour. Pour cela, elle choisit un homme qui avait mis ses sens sans dessus-dessous à chaque fois qu'elle l'avait croisé au salon de tatouage. Lui se faisait tatouer le bras. Il avoua plus tard être revenu exprès se faire tatouer la jambe pour continuer de la voir, leurs séances tombant toujours en même temps. Il souriait mais ne la touchait jamais, respectant la bulle de vide qu'elle créait autour d'elle, jusqu'à ce que finalement elle décide que ce feu qu'il allumait au creux de ses reins était digne de la consumer. Ce fut une nuit magique, mais unique aussi : le lendemain, cet homme repartait au Danemark pour s'occuper de sa soeur malade et de l'enfant de celle-ci. Ils sont toutefois restés en contact via Skype, même encore aujourd'hui.
Encore une étape supplémentaire fut de s'engager. En parallèle de ses études supérieures, retardées d'un an par la cruauté de James, elle s'investit corps et âme dans deux associations, l'une consacrée à la protection des femmes victimes de violences sexuelles, qu'elles soient conjugales ou non, et l'autre à la protection des animaux. Là-bas, elle se fit des nouveaux amis, qui comprirent à demi-mots ce qu'elle avait vécu, sans jamais la contraindre à en parler. D'ailleurs, elle n'en parlait pas. Parce qu'alors serait venu un tourbillon de questions, d'horreur et de pitié pour lequel elle n'était absolument pas prête.
Une fois son diplôme à la School of Arts d'Édimbourg décroché - sa plus grande fierté - elle peinait à se décider quant à ce qu'elle ferait ensuite. Elle ne se sentait pas encore parfaitement apaisée, mais en même temps, elle avait envie d'horizons lointains et d'aventure... Si bien que Bruce trouva le cadeau parfait pour son diplôme : un voyage de six mois en Australie, pendant lequel elle n'aurait rien d'autre à faire que se détendre.
Et elle en profita pleinement, composant et écrivant, se donnant enfin à l'art qui avait toujours été un rêve un peu en recul, à cause des problèmes qui semblaient la harceler. Cette fois, il n'y avait rien pour l'inquiéter. Elle put même se permettre de flirter et de réapprendre profondément à aimer son corps, se perdant dans le désir lascif de magnifiques australiens.
Et puis elle revint à la fin de ce voyage, il y a six semaines, revigorée et apaisée d'une certaine façon. Ses craintes n'étaient pas éteintes, elle avait toujours peur de s'impliquer dans une relation, d'être aveugle à nouveau. Elle avait peur, mais elle se savait aimée, entourée, protégée. Et c'était tout ce qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
En Ligne
Hors Ligne
Messages : 10

MessageSujet: Re: eanna • no alarms and no surprises   Lun 7 Mai - 17:05

Ben, euh... Bienvenue, hein ! Coeur Hâte de connaître un peu plus ton personnage !

(Faudrait que je fasse la mienne, moi aussi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
eanna • no alarms and no surprises
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre chocolats et dragées surprises... [ pv ]
» Cadeaux Surprises de Noël 2012 !
» La vie nous réserve des surprises
» La ville est un écrin qui cache toutes sortes de surprises. {Pv René
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Dear Edinburgh :: loading... :: where all begins :: everything's ok!-
Sauter vers: